Sage… (comme une image !)

Dimanche 22 mars à 15 h

Musée d'art et d'archéologie

Sa voix chaleureuse de mezzo sait s’adapter aussi bien aux mélodies du 16e qu’à des œuvres du 20e siècle.

Elle chante avec l’ensemble Pygmalion, travaille avec Sébastien Daucé et Correspondances pour le Ballet royal de la nuit ou Sir John Eliot Gardiner pour interpréter Monteverdi ou Berlioz. Son disque Perpetual night où elle chante des airs anglais du 17e siècle accompagnée par Correspondances est subtil et fascinant.

Lucile Richardot aime chanter, jouer et sait aussi transmettre son plaisir. Cela se voit et de plus en plus, des Opéras de Versailles ou de Nancy, aux salles de concert de Chine ou de New York…

Avec Stéphanie Petibon, elle a composé un programme comme nous les aimons, en connivence, avec des airs d’Etienne Moulinié, de Thomas Campion du 17e siècle mais aussi de Francis Poulenc, de Charles Gounod ou Gabriel Fauré.

Le festival se conclura avec un concert exceptionnel de Lucile Richardot, étoile montante du chant classique, qui possède une voix de mezzo-soprano (certains diront contralto) hors norme et un talent non moins étonnant de comédienne.

Accompagnée au luth et à la guitare romantique par Stéphanie Petibon, elle nous proposera un parcours allant de la musique ancienne à la mélodie française du 20ème.

Les interprètes

Lucile Richardot, mezzo-soprano

Stéphanie Petibon, luth et guitare